Voici une présentation de mon univers artistique, sous la plume de la Journaliste Caroline Canault :

 

Nadyn Kuntz travaille exclusivement à l'huile sur toile de lin au pinceau levé. Sur la base d’un jus de couleur rouge, des tâches se forment de façon aléatoire et lui servent de matrice pour fabriquer un spectacle symboliste digne de la fin des temps et du recommencement.

Elle construit des scènes où les créatures grouillent et remuent, où les anges et les démons côtoient les hommes, où les corps se fonden dans les visages. Elle enrobe, superpose et relie pour mieux souligner les

correspondances visibles.

 “ Les sujets que je peins n'existent pas. C'est le hasard des taches qui mesert d'inspiration ; Mon œil construit inconsciemment la scène avec ce rouge comme source d'inspiration qui symbolise pour moi le berceau de la vie. J’illustre la douleur, la folie, l’enfantement… La femme occupe toujours une

place essentielle pour raconter la vie, avec ce qu'elle a de beau, mais aussi avec ses peines..."

Son récit figuratif, se lie comme un plein compressible. Le vide a peu de place. Elle investit la surface presque sans interruption, invitant le spectateur à circuler entre la grande et la petite histoire, entre le détail et le tout.

Les signes de la transformation, les stigmates de l’évolution opèrent le réel sans contradiction. L’artiste isole les personnages mais ne les décontextualisent pas. Ni héros, ni victimes, ce sont simplement des êtres

naturels ou supranaturels au dédoublement vampirique qui prolifèrent, s’affrontent et se confondent. Le débordement a lieu dans les retrouvailles avec l’autre. Des dizaines de figures se pressent ainsi pour composer les multiples facettes de l’œuvre. Dans cette confusion des masses, de perte de la forme et de l’identité, le monde se déchiffre mais c’est aussi un lieu où il peut s’inventer. Il prend forme au delà et en deçà de la description. Lettres et signes s’agrègent et se dispersent au gré des impulsions picturales de l’artiste.

A la fois symétrique et chaotique, la structure oscille. Attirantes et troublantes, les œuvres de Nadyn Kuntz sont un piège tendu aux interprétations. Dans son agencement idéiste, elle élie la femme comme

support de l’idée. Elle permet une méditation, fait galoper une imagination enflammée. Pour ménager la part du rêve ou du cauchemar, le suggérer devient préférable au montrer.

Légendes, croyances, poésie… L’artiste mixe une histoire inédite de l’humanité mythique. Son psychisme abrite conflits, tourments et heureux événements. Ces chemins et méandres accompagnent l’inconscient au plus près de son processus. Ils se nourrissent de l’Eros et du Thanatos dans une représentation ligamenteuse, attachée à la chair, où tout se relie. Cyclique et sans fin, ce désir pétrifiant et cette force de mort s’inventent au croisement de la beauté et de l’horreur. Entre récompense et châtiment, les rapports de

pouvoir et de désir se confondent. Dans cet acte sublimatoire, l’étrange s’érige avec audace et force. Sensualité, sexualité et supplices charnels sont mis hors du temps laissant le spectateur à vif et à sang.

 

Caroline Canault

© 2023 par le Peintre. Créé avec Wix.com

  • Twitter Metallic
  • s-facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now